Sabinet – Comprendre le fonctionnement de l’industrie de l’information en Afrique

De nos jours, les sites web constituent des supports importants pour la diffusion d’information. Les entreprises s’attèlent à donner une visibilité à leurs produits. Les plateformes sont les lieux où les compagnies proposent une variété de produits. L’industrie de l’information en Afrique dans leur conversion au numérique utilise des plateformes pour proposer des services. C’est l’exemple de Sabinet qui est une plateforme hybride qui publie des revues africaines en ligne depuis 2001 (Sabinet, 2019). Elle commercialise trois Produits:

  • Service bibliothécaire: Catalogage – l’interconnexion – gestion des bibliothèques, etc.  
  • Service d’information: 500 revues en ligne – 150 000 articles spécialisées de recherche complétée, de thèses & de Mémoires – Articles de médias et textes législatifs, etc.
  • Service de numérisation: Du scannage à la gestion des données.

La collection est composée de 10 suivantes disciplines: Business and Finance, Education, Labour, Law, Medicine and Health, Science – Technology and Agriculture, Religion, Social Sciences and Humanities et Juta’s Law Journals (Sabinet, (c), 2019).

Notre objectif dans ce travail est de présenter le fonctionnement de Sabinet en suivant les quatre principaux éléments de critères d’évaluations pour les ressources électroniques sur le Web de The Charleston Advisor (2019) (Contenu, Tarif, Options du contrat / caractéristiques, Possibilité de recherche) (The Charleston Advisor, 2019).

Nous allons découvrir le contenu de Sabinet en présentant dans un premier temps, le service bibliothécaire, le service d’information et le service de numérisation. Dans un deuxième temps, nous indiquons les dispositions contractuelles notamment, les dispositions relatives aux prêts entre bibliothèques, redistribution des informations, ou autres questions particulières qui accompagnent les différents services que Sabinet offre à ses clients. Notamment l’interface utilisateur et le moteur de recherche ainsi que quelles conditions d’accès aux produits.

1 – Présentation de Sabinet

Sabinet est une entreprise de l’industrie de l’information en Afrique du Sud. Sa mission est de faciliter l’accès à l’information et de faire en sorte que les bibliothèques en Afrique. La compagnie fonctionne par actionnariat (Institutions 49%, Personnel 37%, Fiducie 9%, Particuliers 5%). Le conseil d’administration est composé de 10 membres et une équipe de gestion de 8 membres. 213 éditeurs issus de 12 pays publient 500 revues (350 000 articles). De ses 500 revues, 164 sont en accès libre, 336 revues sont accédées par souscription (Sabinet, (b), 2019).

L’un des services que propose Sabinet à ses clients est la gestion des bibliothèques. Ce qui lui permet le catalogage et l’interconnexion.

Services aux bibliothèques

Sabinet fournit une variété de services à tous les types de bibliothèques. Elle offre le catalogage et l’acquisition de l’information pour les bibliothèques pour simplifier et soutenir leur processus de développement de leurs collections. Sabinet propose des services aux bibliothèques incluant l’interconnexion et les systèmes de gestion des bibliothèques. Elle procure des plateformes de collaboration de ressources entre les bibliothèques. Un service de partage de ressources basé sur le Web pour les bibliothèques de l’Afrique australe, «the ReQuest interlending service» facilite l’accès aux ressources hébergées par les bibliothèques, en permettant l’emprunt et le prêt entre les institutions. Le prêt inter-bibliothèque «WorldShare» d’OCLC relie les utilisateurs aux collections de milliers de bibliothèques via le plus grand réseau de prêts inter-bibliothèques au monde. Sabinet est un site de partage de documents d’échange d’articles. Elle fournit un emplacement unique et sécurisé où les bibliothèques de prêt du monde entier peuvent placer les documents. Hormis le service aux bibliothèques, Sabinet gère également un service d’information dans lequel les éditeurs peuvent publier leurs revues.

Services d’information

            Sabinet offre des revues en ligne provenant ou se rapportant à l’Afrique. Ce service est l’une des collections les plus complètes et consultables en ligne en texte intégral. Elle contient du contenu juridique sud-africain, ainsi qu’un service d’archivage des médias (SA Media). SA Media est un service de recherche de nouvelles et de coupures de presse qui couvre rétrospectivement les principales publications en Afrique du Sud, de 1978 à nos jours. La collection de presses SA Media comprend plus de 4,5 millions d’articles. Avec une moyenne de 2 500 nouveaux articles ajoutés chaque semaine, SA Media est un outil de recherche qui donne accès aux publications traditionnelles locales (Sabinet, (f) 2019).

Collection

Nombre Disciplines OA N S T Total
1 Social Sciences and Humanities 37 122 0 0 159
2 Science Technology & Agriculture 28 78 0 0 106
3 Medicine and Health 16 70 0 0 86
4 Business and Finance 14 75 0 0 89
5 African Journal Archive 127 54 0 0 181
6 Law 17 38 0 0 55
7 Labour 6 14 0 0 20
8 Religion 5 26 0 0 31
9 Education 3 13 0 0 16
10 Juta’s Law Journals 0 16 0 0 16
  Total 253 506 0 0 759

La collection de Sabinet est composée de 10 disciplines. Les champs de African Journal Archive (181) et de (Social Sciences and Humanities (159)) arrivent en tête du nombre des catégories de sujet et sont toutes évalués par les pairs (peer reviews). Sabinet s’adresse spécifiquement aux chercheurs et aux bibliothèques. Cette compagnie soutient les écoles secondaires et primaires à travers des dons de livres spécialisés. Dans ce contexte, Sabinet propose de numériser les documents papier des différentes institutions ou compagnies pour leur donner une visibilité en ligne.

Numérisation

Sabinet offre un service de numérisation personnalisé pour les besoins des bibliothèques. L’équipe chargée de la numérisation dispose d’un équipement de pointe qui leur permet de créer des répliques électroniques parfaites du matériel d’origine. Environ 13 000 pages A4 détachées ainsi que 1 200 pages liées peuvent être numérisées quotidiennement (Sabinet, (h) 2019). Sabinet dispose d’un système (CONTENTdm®) qui donne accès aux collections numériques sur le Web, plus rapidement. Il peut gérer tout format – archives d’histoire locale, journaux, livres, cartes, bibliothèques de diapositives ou audio / vidéo.  Ce système fournit une solution complète pour les archives historique, les bibliothèques de diapositives, les articles «nés-numériques», les journaux, les livres, les lettres, les cartes, les thèses et les dissertations électroniques et les fichiers audio / vidéo. Il permet l’interopérabilité. Autrement dit, il est compatible avec les systèmes existants, locaux, régionaux, nationaux et internationaux. Il est compatible aux normes ISO, notamment : Unicode, Z39.50, Dublin Core®, XML, JPEG2000, etc. (Sabinet, (i) 2019).

Ces services ont pour objectif de fournir et de garantir les meilleures conditions de travail pour les usagers. Les dispositions techniques de navigation et d’accès à la documentation sont proposées à tous les souscripteurs qui souhaitent travailler avec Sabinet.

2 – Dispositions contractuelles

La plateforme Sabinet est hybride, certains articles sont payants. L’accès aux documents payants est soit par abonnement soit directement (open accès). Pour gérer le flux de clients, une souscription avec un «username» et un mot de passe sont exigés. Il y a un panier dans lequel tout souscripteur peut collectionner les articles qu’il souhaite acheter (Sabinet (e), 2019). Le système de fonctionnement de Sabinet est entièrement basé sur des logiciels et des technologies Open Source. Par exemple, Counter fournit le code de pratique qui permet aux éditeurs et aux fournisseurs de signaler l’utilisation de leurs ressources électroniques de manière cohérente. Cela permet aux bibliothèques de comparer les données reçues de différents éditeurs et de fournisseurs. Counter maintient les registres de conformité qui répertorient les éditeurs et les fournisseurs qui ont passé une vérification indépendante de leurs statistiques d’utilisation.

EZproxy est un autre outil qui est installé sur un serveur. Il sert d’intermédiaire entre l’usager et le fournisseur de ressources numériques. L’adresse du serveur sur lequel est installé EZproxy est déclarée auprès des fournisseurs de contenus qui autorisent alors l’accès à tout utilisateur arrivant depuis ce serveur. L’authentification est confiée à l’établissement responsable d’EZproxy, via un annuaire LDAP. EZproxy fonctionne en modifiant dynamiquement les URL dans les pages Web fournies par le fournisseur. Il configure l’accès pour que l’interaction et l’engagement des utilisateurs avec la bibliothèque soient les mêmes, où qu’ils se trouvent et quand ils choisissent de travailler.

 Le processus d’installation est sécurisé pour les utilisateurs, il n’est pas nécessaire pour les utilisateurs de modifier les paramètres de leur navigateur ou de reconfigurer leur PC. L’utilisateur se connecte au contenu sans de multiples barrières. Le mot de passe est supprimé. EZproxy peut être configuré avec les principaux services d’authentification – LDAP, SIP et Shibboleth, de sorte que l’utilisateur n’ait pas à se souvenir de plusieurs mots de passe.

Les services de ce site sont compatibles avec les produits du «link resolvers/OpenURL» et des principaux systèmes de bibliothèque, y compris ceux de Serials Solutions, ExLibris, EBSCO et OCLC. Le «link resolvers/OpenURL» permet aux systèmes de bibliothèque de se lier au niveau de l’article du journal (ou aux titres de livres) en utilisant une syntaxe OpenURL. L’utilisation de cette méthode est avantageuse, en particulier lors de la liaison avec un contenu récemment publié puisqu’il ne nécessite pas que l’article soit préalablement téléchargé (Sabinet, (g) 2019). 

Cette initiative internationalement acceptée facilite l’enregistrement et la déclaration des statistiques d’utilisation en ligne de manière cohérente et crédible. Le service devient plus simple pour les clients afin de comprendre et d’analyser comment les livres électroniques et d’autres matériaux électroniques sont utilisés. Lorsque les rapports d’utilisation ont les mêmes types de données et sont formatés de la même manière, ils peuvent être comparés les uns aux autres et peuvent être automatiquement récupérés dans les systèmes locaux (NISO, 2019).

Outre ces dispositions techniques, Sabinet propose aux utilisateurs un moteur de recherche performant qui facilite la navigation.

L’interface utilisateur et le moteur de recherche

Le site web de Sabinet demande une inscription pour naviguer sans restrictions. Au niveau de la principale page qui est intitulée «Sabinet : Faciliting Access to Information», six (6) menus permettent de se connecter et de visiter le site. L’onglet «Home» raccourcit l’accès à cinq (5) menus. Par exemple, «About» présente entre autres la mission, l’équipe dirigeante, etc. «Products and Services» énumère le programme de ses trois services en l’occurrence : Library Solutions, Information Services and Digitization. Ensuite, le «Support» définit les différentes informations les politiques d’accès, d’authentification et des pratiques de prêts entre les autres bibliothèques. «New and Events» fournit les informations sur les activités et communications du site. Quant à «Corporate Social Investment», il décrit le projet de Sabinet.

En plus de ces menus sur la page, trois services (African Studies Collection, Online journal, News Services) sont proposés. African Studies Collection est une collection d’un large éventail de revues spécialisées, de médias et de contenus législatifs émanant du continent africain. Online journal propose des revues en ligne en provenance ou à destination de l’Afrique. Sabinet propose un nouveau service (News Services) personnalisé de recherche d’informations en ligne et de coupures de presse pour répondre aux divers besoins.

Ce nouveau service comprend:

La nouvelle base de données de African News Agency (ANA). Elle comprend : des rapports en texte intégral de novembre 2015 à ce jour sur l’actualité sud-africaine et africaine. Elle donne accès aux articles de presse importants de l’ancienne SAPA (ANA est le nouveau nom de SAPA). Ces articles  sont issus de cinq disciplines clés: la politique, l’économie, les entreprises et les marchés, le sport ainsi que l’actualité générale (qui comprend le mode de vie, les célébrités, les tribunaux et la criminalité). Les nouvelles des agences suivantes sont diffusées via l’Agence de presse africaine: ANA, ANA-Xinhau, ANA-dpa international et ANA-Associated Press.

Pour obtenir des informations sur les éditeurs, la collection, les publications, etc., il faut se rendre à la page intitulée «Sabinet African Journals» avec 7 menus : 

  • le menu «A-Z Publications» donne la liste des revues ou bien montre comment soumettre un article;
  • le menu «Collections» donne la liste des collections principales;
  • le menu «Open Access» indique les revues Open Access; de la politique d’accès, etc.
  • le menu «Publishers» dresse la liste des éditeurs;
  • le menu «For Librarians» présente les politiques d’accession aux informations pour les bibliothécaires;
  • l’onglet «Help» revient sur les conditions de souscription et du guide des utilisateurs;
  • enfin, le menu «Shopping Cat» permet de réserver les articles que l’on souhaite avoir.

En plus de ces menus sur la page, un autre onglet situé au-dessus de la bande à menus donne accès à «Advanced Search». Elle permet de filtrer les recherches par collection, par date, etc. (Sabinet, (d), 2019). Les utilisateurs de la bibliothèque peuvent récupérer des articles ou des chapitres de livres via un prêt entre bibliothèques. Cette possibilité d’accès est possible grâce à un dispositif technique diversifié, mais aussi, à un modèle d’affaires que propose Sabinet.

Tarification

Le modèle d’affaires de Sabinet est basé sur trois possibilités d’accès à la collection. Il y a premièrement, des abonnés et deuxièmement des non-abonnés. Les abonnés ont accès à l’intégralité des revues et les non-abonnés payent pour accéder à des contenus. Troisièmement, on trouve les revues à accès libre. Les revues en accès libres sont divisées en trois modes d’accès : le «Gold Open Access» est dépourvu de toutes restrictions. Le «Green Open Access» est un accès semi-libre. Les éditeurs facturent des frais d’abonnement pour les récents numéros pendant une période donnée. Ensuite, l’accès devient gratuit.

Le troisième mode d’accès libre est «Article level Open Access». Ici, certains articles sont libres d’accès et d’autres sont payants. Pour soumettre un article à Sabinet, l’organisation demande à tout souscripteur de contacter directement un éditeur via leur site pour effectuer l’envoi. Il est accessible par ordinateur PC ou Machintosh. L’essentiel de sa clientèle est composé de bibliothèques locales et internationales, ainsi que des organismes publics et privés (Sabinet, (e) 2019). Les revenus de Sabinet proviennent aussi des frais de souscription ou des abonnements des bibliothèques.

       Modèle d’affaires

OFFRES TYPES NOMBRE DE REVUES
S Titles Subscribed To 0
OA Open Access Content 164
T Free Trial Content 0
N Titles Not Subscribed To 360

CONCLUSION

Sabinet a pour mission de promouvoir l’accès à l’information des recherches en Afrique. Dans ce sens, la plateforme remplit parfaitement ses objectifs. Elle diffuse 500 revues dont plus 164 en accès libre, 336 par souscription avec des frais pour le téléchargement. La grande partie des revues est issue de l’Afrique du Sud avec 184 sur 213 éditeurs. Sabinet offre une variété de services avec d’importantes possibilités d’accès. Cependant, l’accès renferme des imperfections qui ne facilitent pas l’utilisation des services. Une des  particularités est que les menus de l’interface ne donnent pas accès facilement aux revues. La fonctionnalité «Home» propose cinq menus dans lesquels il faut aller chercher pour trouver la liste des revues, des éditeurs, etc. De plus, l’on ne peut pas obtenir ces revues par pays sur une facette. Sabinet est une compagnie qui offre également d’autres services payants comme la numérisation, le catalogage, des documents des bibliothèques, etc.  Cependant, les frais de publication ou autres frais de service ne sont pas affichés.

Les produits compétitifs de Sabinet sont leurs trois services phares, notamment : la numérisation, le service d’information et le service aux bibliothèques. Ces produits permettent de soutenir leurs différents projets de bienfaisance aux établissements scolaires, à la création de l’emploi  et à la diffusion des produits de recherches de l’Afrique (Sabinet, (f), 2019). 

Références

NISO, (2019). How the Information world Connects – SUSHI FAQs: General Questions http://www.niso.org/workrooms/sushi/faq/general/#q4 Visité le 20/11/2019
Sabinet,  (2019) (a). Sabinet : Facilitating Access to Information https://sabinet.co.za Visité le 20/11/2019
Sabinet,  (2019) (b). Ownership. https://www.sabinet.co.za/index.php/ownership Visité le 20/11/2019
Sabinet, (2019) (c).Collection Contents http://journals.co.za/content/collection/african-journal-archive Visité le 20/11/2019
Sabinet,  (2019) (d).  Sabinet African Journals https://journals.co.za/Visité le 20/11/2019
https://sabinet.co.za/index.php/information-services/online-journals/sa-epublications
Sabinet,  (2019) (e). EZproxy https://www.sabinet.co.za/library-solutions/authentication-management
Visité le 20/11/2019
Sabinet, (2019) (f). SA Media https://www.sabinet.co.za/information-services/news-research-services/sa-media Visité le 20/11/2019
Sabinet, (2019) (g). Librarian FAQ. shttp://journals.co.za/librarians-faq Visité le 20/11/2019
Sabinet, (2019) (h). Scannage services. https://sabinet.co.za/digitisation/scanning-services Visité le 20/11/2019
Sabinet, (2019) (i). About Digitisation. https://sabinet.co.za/digitisation/about-digitisation Visité le 20/11/2019
The Charleston Advisor, (2019) (j). TCA Scoring Guide. http://www.charlestonco.com/index.php?do=About+TCA&pg=ScoringGuide Visité le 20/11/2019

Open Access in 2019: Which countries are the biggest publishers of OA journals?

by Hamid Pashaei and Heather Morrison

Fifty percent of the open access (OA) journals listed in DOAJ in 2019 are published in Europe, and the United Kingdom is the biggest publisher of OA journals in DOAJ. It is important to note that we do not know the extent to which OA journals are fully represented in DOAJ; we understand that there is a parallel service called Chinese Open Access Journals. There are a few surprises in the 10 largest countries in DOAJ. Latin America and the U.S. are well represented as usual, while Indonesia is now the second largest country in DOAJ, and Poland, Iran, and Turkey, are among the top 10. This may reflect the work of the DOAJ ambassadors program.

The analysis of geographical data on Directory of Open Access Journals (DOAJ) shows that the European countries are leading the way in publication of Open Access journals by publishing 6133 journals in 2019, while Oceania and Africa published the least amount of OA journals in the same period.

The United Kingdom is the biggest publisher of open access journals by publishing 1471 journals in 2019. Indonesia and Iran are among the top 10 publishers of OA journals in 2019 that implies a growing interest in open access in these two countries.

Our team of researches collected the publication fee data for the open access journals in 2019 to see how the pricing to publish OA journals differs in different parts of the world. The results shows that while 71% of OA journals published in North American countries do not charge article processing charge (APC), but the average APC for the rest of the journals in North America is 1473 USD which is more expensive than any other part of the world. Asia with the average APC of 190 USD is the least expensive continent to publish OA journals.

Crawford (2019) published the results of his research on world open access journals in 2018 but he categorized the regions in a different way.

The following table shows the share of world OA journals in 2019 by each continent. It should be noted that the true number of OA journals in the world are higher, but here we are only analyzing the journals which geographical data on DOAJ was available.

The following table shows the percentage of journals which charge APC comparing those which do not charge APC in each continent. Because the information regarding APC was not available for some journals, the sum of APC and NO APC columns in the table for some rows is not equal to 100 percent.

Of the journals that charge APC, the average APC amount for each region is shown in the following table. The high standard deviation implies high variability in the range of prices.

According to the DOAJ data, there are 24 countries that have published more than 100 OA journals in 2019.

The summary of top 24 countries in publishing open access journals is shown below.

The method and documentation of the current research by Morrison et al. (2019) and the complete dataset is listed in the references section.

Cite as: Pashaei, H. & Morrison, H. (2019c). Open Access in 2019: Which countries are the biggest publishers of OA journals? Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/26/open-access-in-2019-which-countries-are-the-biggest-publishers-of-oa-journals/

References
Morrison, H. et al. (2019). OA Main 2019: Dataset, documentation and open peer review invitation. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/20/oa-main-2019-dataset-documentation-and-open-peer-review-invitation/

Morrison, Heather, et al. 2019, “OA APC longitudinal study dataset 2019”,https://doi.org/10.5683/SP2/0DIPGE, Scholars Portal Dataverse, V1

Crawford, W. (2019). Gold Open Access 2013-2018: Articles in Journals (GOA4), Livermore, CA:2019. Retrieved Oct. 31, 2019 from https://waltcrawford.name/goa4.pdf

 

 

DOAJ 2019: Language analysis

by Hamid Pashaei and Heather Morrison

The analysis of Directory of Open Access Journals (DOAJ) shows that open access journals were published in 85 different languages in 2019. English is the language used by more than 9,500 journals, while Spanish language comes second with more than 2,400 journals, followed by Portuguese (1,731), Indonesia (1,135) and French (897). We analyzed the tendency to charge and average APC by first language listed. The only language with a majority of journals charging APCs was Chinese (54%), followed by Persian (33%) and English (31%). Average APC ranged from 43 USD (Indonesian) to 1,096 USD (English). The second highest APC was Catalan at 331 USD, illustrating a correlation between language and APC, with English language journals at the high end of the range.

The most popular languages to publish open access articles in 2019 are listed in the following table.

We analyzed the article processing charge (APC) for the ‘first language’ that OA journals publish articles in, and the results for the top languages are shown below.

Cite as: Pashaei, H. & Morrison, H. (2019b). DOAJ 2019: Language analysis. Sustaining the knowledge commonshttps://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/26/doaj-2019-language-analysis/

References
Morrison, H. et al. (2019). OA Main 2019: Dataset, documentation and open peer review invitation. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/20/oa-main-2019-dataset-documentation-and-open-peer-review-invitation/

Morrison, Heather, et al. 2019, “OA APC longitudinal study dataset 2019”,https://doi.org/10.5683/SP2/0DIPGE, Scholars Portal Dataverse, V1

Directory of Open Access Journals 2010 – Metadata. Retrieved at various dates from https://doaj.org/faq#metadata

 

Open Access in 2019: Original currencies for article processing charge

by Hamid Pashaei and Heather Morrison

The original currency to charge article processing charge (APC) for more than 50 percent of world open access (OA) journals in 2019 recorded in our study is USD (for documentation of our procedures see Morrison et al (2019), while GBP and EUR are in the second and third place. 5 currencies (USD, GBP, EUR, CHF – Swiss Franc, INR – Indian Rupee) account for over 90% of the journals.

The following table and chart depict the original currency for OA journals in 2019.

When looking at the average APC in each original currency, it could be seen that the journals that their original currency is GBP charge the highest amount of APC. The top 10 most expensive APCs in original currency are listed below (all amount are converted to the USD).

Cite as: Pashaei, H. & Morrison, H. (2019a). Open Access in 2019: Original currencies for article processing charge. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/26/open-access-in-2019-original-currencies-for-article-processing-charge/

References
Morrison, H. et al. (2019). OA Main 2019: Dataset, documentation and open peer review invitation. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/20/oa-main-2019-dataset-documentation-and-open-peer-review-invitation/

Morrison, Heather, et al. 2019, “OA APC longitudinal study dataset 2019”,https://doi.org/10.5683/SP2/0DIPGE, Scholars Portal Dataverse, V1

Directory of Open Access Journals 2010 – Metadata. Retrieved at various dates from https://doaj.org/faq#metadata

Medknow 2019 – is this the best for India?

By: Niharika Avasthi and Heather Morrison

Abstract – Open access journals have been developing in India for several decades for promoting the visibility of research done in various streams. OA to science has been encouraged by government sponsored repositories of student and doctoral proposals, and numerous Indian journals are distributed with OA. There is a need to build mindfulness among Indian scholastics with respect to publication practices, including OA, and its potential advantages, and use this methodology of distribution at whatever point doable, as in openly supported research. This research also showed that a well doing publisher in India gets acquired by  European publisher Wolters Kluwer and becomes commercialised. The number of journals with “title not found” or “risky URL”, for example leading to a scam website, is surprising as one might assume that the motivation for this publisher’s society, university and commercial partners is that such partnership would result in high quality services. Most Medknow journals do not charge publication fees. The journals with publication fees are increasing the cost up to 50%. For documentation and a link to the underlying dataset, see Morrison et al. (2019).

According to the Medknow website, Medknow Publications was founded in 1997 in Mumbai, India by Devkumar Sahu. Sahu opted for the open access model of publishing services. Open access publishing means that research outputs and analysis are available online free of cost. In 2006, Medknow had 33 scientific technical and medical journals in its portfolio, at the time, one of the largest open access publishers of medical content in the world. They became the largest open access publishers of medical content till 2006. It was then acquired by Wolters Kluwer in Dec 2011.  Medknow now provides publishing services to over 500 medical society journals in over 40 specialties. These are open access journals. Open access increases the visibility and accessibility of the published content. Medknow publishes journals in partnership with societies (affiliations), universities or other commercial partners for the most part. Most of the publications offer free access to the full text of papers immediately. Authors can self-archive articles that have been published. Journals are available freely online but also available through value-added subscriptions.

Chart 1 : Medknow 2019 count of publisher type
CodeMeaning% of total
C/SCommercial / society (Medknow publishes in partnership with a scholarly society)56%
C/UCommercial / university (Medknow publishers in partnership with a university)25%
No PartnershipOwned outright by Medknow10%
C/CCommercial / Commercial (Medknow publishes in partnership with another commercial publisher9%

531 Medknow journals were analysed in this research. This is an increase of approximately 7% in the count of journals in 2018. It is a significant growth however lesser as compared to that from 2017-2018. Out of these 531 journals, almost 65% of the journals do not charge publication cost. It is also important to notice that a few journals are redirecting to risky URL which is concerning as there are chances, it has been stolen by some other company. For the analysis I looked at each journal from Medknow’s website on an alphabetical basis. The charges for each journal are mentioned in a different manner. Some of the journals directly states the cost they charge however; few charges are based of the article type as mentioned below:

  • Short communications
  • Case Reports
  • Original Articles
  • Qualitative Research
  • Review Articles
  • Number of words

The below graph shows the representation of charges being taken by Medknow for 2019.

Out of 104 journals that are charging APC, below table shows the distribution of charges based on different currencies for the year 2019.

Most journals are charging in INR and USD. It is to be noticed as the journal originally started from India, but they started taking the publication cost in various other currencies as well which could be confusing for potential authors. Even for INR, there is no fixed cost and it is varying depending on each journal. There are few journals who are not charging for Indian authors but have mentioned publication costs for writers outside India. Have a look at the chart below:

This is a variation and we cannot suggest on a pattern of the publication cost. Below table shows the numbers currency wise:

If we look at the data from 2018, we can see that there has been both increase and decrease in the publication cost for the journals. There has been an increase of 16% in the journals whose title were not found, and this is subsequent to notice as Medknow being one of the well-known publishers does not have websites for so many journals! These journals have not been listed as ceased or nothing specific has been mentioned related to them. There are just 3% journals who showed a price drop but 4% increased the cost. At one side most journals are not charging publication fees but few of them have relatively increased their cost.

Please refer the below table for APC statistics comparison based on different currencies

Looking at the above table, I feel that it is relatively high cost to take for publishing a journal. In todays world, 8000 – 10000 INR would be a week’s salary of a corporate employee in a non metro city. Again, it depends from author to author, but the charge should be in a cap where its not too high. USD, EGP and IRR seem to be balanced as compared to charges being taken in INR globally.

References:

Morrison, H. et al. (2019). OA Main 2019: Dataset, documentation and open peer review invitation. Sustaining the knowledge commons https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/20/oa-main-2019-dataset-documentation-and-open-peer-review-invitation/

Brutus, W. & Morrison, H. (2016). Medknow 2016: it’s complicated! Sustaining the knowledge commons https://sustainingknowledgecommons.org/2016/10/11/medknow-2016-its-complicated/

Fernandez, L. (2006). Open Access Initiatives in India – an Evaluation. Partnership: The Canadian Journal of Library and Information Practice and Research, 1(1). https://doi.org/10.21083/partnership.v1i1.110

Pasha, H. & Morrison, H (2018). Medknow in 2018: growing fast! | Sustaining the Knowledge Commons https://sustainingknowledgecommons.org/2018/12/13/medknow-in-2018-growing-fast/

Singh, S. & Morrison, H. (2019). OA journals non-charging and charging central trends 2010 – 2019. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/23/oa-journals-non-charging-and-charging-central-trends-2010-2019/

Cite as: Avasthi, N & Morrison, H (2019). Medknow 2019 – is this the best for India? Sustaining the Knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/23/medknow-2019-is-this-the-best-for-india/

Ajol, une plateforme franco-anglaise sans filtre en français

Résumé

La plateforme publie 524 revues issues de 32 pays d’Afrique. 39 revues sont en français. Malgré ce contenu francophone, Ajol ne dispose pas un filtre pouvant repérer les revues en français. Pour y arriver, il faudrait d’abord reconnaitre ou repérer les pays francophones sur la liste à sa page, Une. De plus l’on remarque que la plateforme est unilingue.

    Visité par plus 200.000 personnes par mois, AJOL est une plateforme qui a été créée en 1998 à Oxford en Angleterre. Sa mission est de mettre à disposition du public en ligne une collection de publications des recherches académiques en provenance d’Afrique. D’importants domaines de recherche en Afrique (Biology & Life Sciences, Health, General Science, etc.) ne sont pas connus dans des publications de pays développés. Pour AJOL, Internet est un bon moyen d’augmenter l’accès à ses recherches afin de permettre aux chercheurs du monde entier. Le site de AJOL héberge 524 revues avec169 652 articles en texte intégral de 32 pays. De nos jours, son siège social se trouve en Afrique du Sud (Ajol, 2019). Deux types de frais d’accès qui permettent d’accéder aux articles non open access sont accordés aux chercheurs et aux étudiants d’une part, et un autre aux bibliothèques et cela en fonction du pays où la demande est émise.

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.25.59

Dans ce travail nous présentons les activités de Ajol. Notre démarche repose sur le protocole d’évaluation de The Charleston Advisor. il stipule que l’on que : «As a critical evaluation tool for Web-based electronic resources, The Charleston Advisor will use a rating system which will score each product based on four elements: content, searchability, price and contract options/ features» (The Charleston Advisor, 2019).

     AJOL est une plateforme hybride. De ses 524 revues, 262 sont en accès libre. Le système AJOL est entièrement basé sur des logiciels et des technologies Open Source en l’occurrence : Open Journal Systems developed de Public Knowledge Project (PKP) au Canada, Operating System, etc. AJOL n’accepte pas les publications des auteurs de façon individuelle. Il faut passer par une revue pour être publié (AJOL, 2017 (a)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.26.24

Options de tarification

    Les frais de publication proposés pour le téléchargement des chercheurs, des étudiants, etc. (AJOL, 2017 (e)). Ce sont :

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.26.54

     Pour les bibliothèques ont leurs frais qui sont différents de ceux des chercheurs (AJOL, 2017 (d)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.27.49

Aperçu du produit / Description

    Deux produits sont mis à la disposition à la disposition du public: des publications payantes et non payantes. AJOL publie 169 652 articles en texte intégral dont 110 502 sont en accès libre. Ces articles sont issus de 527 revues, dont 262 en accès libre (AJOL, 2017 (a)). 25 disciplines reparties.

Les disciplines contenues dans leurs publications les suivantes :

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.28.20

     L’on constate que 6 nouvelles revues (en gras dans le tableau ci-dessus) se sont ajoutées depuis 2017 au niveau des champs :

– des Sciences environnementales : 29

– de la Sociologie et de l’anthropologie : 42

– de la Technologie, de l’informatique et de l’ingénierie 30

– des Sciences générales : 87

– de l’Économie et du développement : 48

– Sciences humaines : 56

     Les champs de la santé (Health (167)) et de (General Science (87)) arrivent en tête du nombre des catégories de sujet et sont toutes évalués par les pairs (peer reviews). AJOL s’adresse spécifiquement aux chercheurs et aux bibliothèques. Selon les auteurs du site Web, AJOL a un PageRank Google de 8. Il est visité par 200 000 personnes par mois à travers le monde. L’onglet «Using AJOL» permet d’accéder la feuille de route qui indique le processus de recherche (AJOL, 2017 (b)).

Interface utilisateur / Navigation / Recherche

    La plateforme publie 524 revues issues de 32 pays d’Afrique. 39 revues sont en français. Malgré ce contenu francophone, Ajol ne dispose pas un filtre pouvant repérer les revues en français. Pour y arriver, il faudrait d’abord reconnaitre ou repérer les pays francophones sur la liste à sa page principale. De plus l’on remarque que la plateforme est unilingue.

    Une particularité est que son interface donne accès facilement aux produits. La fonctionnalité «Journal» donne directement accès aux différentes catégories de sujets qui sont traités. On peut les obtenir par pays sur une facette où tous les pays sont affichés. Et les facettes par pays permettent de spécifier sa recherche. Toutefois, les informations sur les auteurs et les rédacteurs de la plateforme sont inexistantes. Par exemple, l’on n’a pas les noms et l’organigramme de cette organisation à but non lucratif (The Charleston Advisor, 2019).

    Le site web de AJOL demande une inscription pour naviguer sans restrictions. Au niveau de la principale, 5 onglets permettent de se connecter. «Afriacn Journals Online (AJOL)» est fixé sur la page une. L’onglet «Journals» conduit à la liste des catégories de publication, «Advanced Search» ouvre sur un champ de recherche plus spécifique par facettes. «Using AJOL» permet de trouver des articles en accès libre de toutes les catégories de revues par titre, d’enregistrer le profile de votre revue et de donner une feuille de route pour les recherches. Il indique aussi la liste des frais que chercheurs et auteurs doivent payer. «Ressources» connecte les visiteurs sur d’autres revues hors de l’Afrique. Par ailleurs, une colonne à facette située à droite du site indique les catégories, par ordre alphabétique et par pays où l’on peut télécharger les articles (AJOL, 2017 (a)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.28.58

Contenu

     Ajol a pour mission de valoriser et de diffuser les publications africaines. Dans ce sens, la plateforme remplit parfaitement ses objectifs. Elle diffuse 524 revues examinées par les pairs, dont plus de la moitié (306) avec des frais pour le téléchargement. Le reste est en accès libre. On remarque que la grande partie est en anglais (497). 39 revues en français. Bien que le contenu soit diversifié, les études sur les Sciences de l’Information et de la bibliothéconomie sont très restreintes (18 revues avec la Communication) par rapport aux sciences de la santé (167).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.29.45

Tarif

    Les revenus provenant des frais de téléchargement de l’article pour les revues d’abonnement sont envoyés au journal d’origine (moins le coût d’amortissement d’AJOL). Par contre toutes les revues en accès libre sont à la portée de tous. Les frais sont fixés en fonction des pays. Les pays pauvres payent moins que les plus riches. Les critères qui définissent ces pays sont basés sur les statistiques de la Banque Mondiale (The World Bank, 2017). Évidemment, les frais des bibliothèques sont plus élevés que ceux des chercheurs et cela en selon les pays.

     Par ailleurs, une des compétitions de AJOL est The Sabinet African ePublications (African Journal online archive). Son site publie 500 revues regroupant 64 catégories de sujets, dont 86, en Open Access. Il est créé depuis 2001. Cette plateforme a la particularité de ne pas publier son organigramme comme AJOL. Nous n’avons pas retrouvé ses frais de publication. Par contre, elle publie un grand nombre de revues de l’Afrique du Sud (The Sabinet African ePublications, 2017).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.32.21

        La bibliothèque numérique en ligne africaine (AODL) est un portail de collections multimédia sur l’Afrique. Les auteurs collaborent avec le Centre d’études africaines de l’Université d’État du Michigan, ainsi que des organisations du patrimoine culturel en Afrique pour construire cette ressource (AODL, 2019).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.32.37

Dispositions d’achat et de contrat

       Les revues qui choisissent de publier dans un modèle d’accès ouvert ont leur texte complet en ligne pour le téléchargement gratuit. Les bibliothèques peuvent ouvrir un compte de téléchargement d’articles prépayés avec AJOL pour accéder aux titres des partenaires qui facturent leur contenu. Cela permet aux utilisateurs d’obtenir plus facilement des articles en texte intégral auprès de AJOL. L’accès aux articles d’abonnement est effectué par un mot de passe ou par leur logiciel qui sélectionne automatiquement la gamme d’adresses IP au choix de l’établissement. Des indications expliquent qu’il n’y a pas de restriction de temps pour la remise des articles. Les comptes peuvent être complétés à tout moment. Pour vérifier la catégorie dans laquelle votre pays se trouve, il est demandé de se référer listes de pays de la Banque mondiale. L’adresse suivante : info@ajol.info permet aux revues de se faire créer une installation un compte.

Conclusion

        La plateforme AJOL est hybride, certains articles sont payants. Pour gérer le flux de clients, une souscription exige un «username» et un mot de passe pour la navigation sur le site. De plus, l’accession aux documents payants sont soit par abonnement ou directement. Ce qui filtre les visiteurs. Il y a un panier dans lequel tout souscripteur peut collectionner les articles qu’il souhaite acheter. Il n’y a pas d’options qui déterminent un groupe particulier avec des faveurs spécifiques.

Références

AJOL, (2017) (a). African Journals Online (AJOL)) (2017). http://www.ajol.info/                                              Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (b). African Journals Online: Browse by Category. http://www.ajol.info/index.php/index/browse/category Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (c). FAQ’s http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/FAQ#A1 Visité le 30/102019
AJOL (2017) (d). How Librarians can use AJOL. http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/LIBhowto . Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (e). How Researchers can use AJOL http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/RESHowto Visité le 30/102019
The Sabinet African ePublications (2017). http://journals.co.za/. Visité le 30/102019
The African Online Digital Library (AODL) (2017). http://www.aodl.org/ Visité le 30/102019
The Charleston Advisor, (2017) About TCA. http://www.charlestonco.com/index.php?do=About+TCA Visité le 30/102019
The World Bank (2017) Data and Statistics. http://econ.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/DATASTATISTICS/0,,contentMDK:20421402~menuPK:64133156~pagePK:64133150~piPK:64133175~theSitePK:239419,00.htmlVisité Visité le 30/102019

Citation: Kakou, T. L. (2019). Ajol, une plateforme franco-anglaise sans filtre en français. Soutenir Les Savoirs Communs. Retrieved from https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/30/ajol-une-plateforme-franco-anglaise-sans-filtre-en-francais/

Arima, an African journal in HAL archives

Original:

Kakou, T.L. (2019). Arima, une revue africaine dans Hal archives. Soutenir les savoirs communs. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/23/arima-une-revue-africaine-dans-hal-archives/

English synopsis by Heather Morrison

Correction Oct. 24: the original synopsis incorrectly stated that HAL is an open archive in Social Sciences. HAL is an open archive for research across the disciplines.

African journals seek to create a space for themselves by disseminating their journals through online platforms and archives. There are multiple possibilities for preservation and publishing on line. One of these is electronic archiving. In this research post Kakou presents the HAL archive and explores the representation of African document. Developed and administered by the Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD), the platform HAL is an open archive for research across the disciplines. In this post, Kakou presents an overview of the services offered by HAL, including  Episciences.org and Sciencesconf.org. Episciences.org offers journal publishing within the archive and supports the innovative peer-review overlay approach to journal publishing. Arima, a journal that has been supported by the North-South coalition Colloque africain pour la Recherche en Informatique et mathématiques appliquées (CARI) for twenty years, is among the 15 Episciences journals. This is « our » platform too ; Morrison’s 2018 ELPUB OA APC survey can be found in Episciences.

Cite as: Kakou, T. L., & Morrison, H. (transl.). (2019). Arima, an African journal in HAL archives. Sustaining the Knowledge Commons. Retrieved from https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/24/arima-an-african-journal-in-hal-archives/