Hindawi APC comparison 2018-2019

Abstract:

481 Hindawi journals were analyzed. 226 (47%) journals published at some point from 2010 – 2019 have ceased publication, 7 cannot be found on the Hindawi website anymore and 1 has been transferred to another publisher. In 2019, there are 247 journals actively publishing on the Hindawi website. All the journals are charging APCs. The average price is 1186.44 USD, an increase of 14% over the 2018 APC (1040.30 USD). Compared to the US inflation rate for 2018 of 2.44%(“U.S. Inflation Rate 1960-2019” n.d.), the publication fee rises more than 5 times. Among active journals, 17% of the 217 journals did not change in price; 30% journals decreased their price while more than half (53%) of the journals increased price. The amount of price increase starts from 25 USD up to 1350 USD. 14 journals appear to have switched from “no fee” to “fee”, with different APCS from 750 USD to 1350 USD.

Most journals that not found on the website in 2018 now been illustrated ceased on the web page with the specific ceased year and where to find previous publication articles which could be good practice for authors who are trying to find the latest information about specific journals. it also benefits other publishers to follow the lead.

Detail:

Table 1: 2019 Hindawi Journal Publication and APC status summary

Hindawi has 481 journals in 2019. Among these journals, 226 of them were reported ceased on Hindawi’s website. In 2018, most of the ceased journals cannot be found in the website but they have been specified on the webpage about when this journal is ceased and where can readers find previous articles published in the journal. This is a good practice. Here is a example of one of the ceased title.

screenshot from Hindawi website

Price changes 2018-2019

Hindawi has 232 active journals listed on its website in 2018. In 2019, there are 247 journals actively publishing on the Hindawi website. There are 15 journals that cannot be found on the website now can be searched which represents a 6.47% increase in journal numbers of Hindawi.

The average publication fee we found from the Hindawi’s website in 2018 is 1040.30 USD. There are 14 journals that had no publication fee in 2018 in contrast with no journals with no publication fee in 2019 and for most journals the publication fee is 1000 USD per article. The range of APC (article proceeding cost) starts from no publication fee which is zero to 2250 USD.

This average takes into account the 15 journals’ APC for the year 2019. This year, the majority of journals have a publication fee of 950 USD per article. Obviously, every journal found on the Hindawi website does have a publication fee from this year. The minimum cost is 650 USD up to 2300 USD. Graph 1 and Graph 2 below shows the frequency of APC for different prices in two years.

Table 2 2018 & 2019 Hindawi active titles APC status summary

Graph 1: price distribution for 2018

Graph 2: price distribution for 2019

Of the 247 journals total:

  • 15 “new” journals are added in 2019 (including in 2019 overall analysis but not 2018-2019 change analysis)
  • Journals with status: no publication fee coded as 0 in change analysis.

Total journals included in the price change analysis:

  • 2019 overall: 232
  • 2018-2019 comparison: 217

Of the 217 titles, as illustrated in the chart and table below, a majority of these journals (53%) increased in prices in USD from 2018 to 2019, while a third (30%) decreased in price and a few (17%) did not change in price.

For the 116 journals that increased in price, the increases in percentages ranged from 2.22% to 95% (slightly under double in price).

Among the 65 journals with APC price decreases, the drop in percentage ranged from 5% to 24%.

Working dataset : https://sustainingknowledgecommons.files.wordpress.com/2019/11/hindawi-analysis_2019_prep_version-0.xlsx

Cite as: Shi, A. (2019). Hindawi APC comparison 2018-2019. Sustaining the knowledge commons. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/11/05/hindawi-apc-comparison-2018-2019/

Selected previous posts on Hindawi:
Morrison, H. (2018). Recent APC price changes for 4 publishers (BMC, Hindawi, PLOS, PeerJ). Sustaining the knowledge commonshttps://sustainingknowledgecommons.org/2018/04/13/recent-apc-price-changes-for-4-publishers-bmc-hindawi-plos-peerj/
In brief: Hindawi April 2016 – November 2017: mixed picture, price increases a bit concerning
Brutus, W. (2017). Hindawi: comparaison 2016 – 2017. Soutenir les savoirs communshttps://sustainingknowledgecommons.org/2017/04/22/hindawi-comparaison-2016-2017/
In brief: French – highlights: the mode (most common APC) was $600 USD in 2016, $1,000 in 2017
Salhab, J. (2016). Hindawi publisher: 2016 findings and longitudinal comparison of APC rates. Sustaining the knowledge commonshttps://sustainingknowledgecommons.org/2016/04/27/hindawi-publisher-2016-findings-and-longitudinal-comparison-of-apc-rates/
​In brief: Hindawi previously used a strategy of rotating free publication in journals, mentioned in this post; the most common APC in both 2015 and 2016 was $600; comparing 2010 and 2016 data, we see a mixed picture with some prices increasing and others decreasing.
Salhab, J. & Morrison, H. (2015). Who is served by for-profit gold open access publishing? A case study of Hindawi and Egypt. Sustaining the knowledge commonshttps://sustainingknowledgecommons.org/2015/04/10/who-is-served-by-for-profit-gold-open-access-publishing-a-case-study-of-hindawi-and-egypt/
Highlights: as reported by Poynder (2012), Ahmed Hindawi, (from Egypt) founder of Hindawi, confirmed a revenue of millions of dollars from APCs alone – a $3.3 net profit on $12 million in revenue, a 28% profit rate. Hindawi is highly regarded as a leading reputable open access publisher. This commercial Egyptian success story is contrasted with high APC for the most prestigious journals and English-language- only journals that suggest that this approach is not helpful for Egypt’s researchers.

Reference:

“U.S. Inflation Rate 1960-2019.” n.d. Accessed October 31, 2019 from https://www.macrotrends.net/countries/USA/united-states/inflation-rate-cpi

Poynder, R. (2012).The OA interviews: Ahmed Hindawi, founder of Hindawi Publishing Corporation. Retrieved March 10, 2015 from http://www.richardpoynder.co.uk/Hindawi_Interview.pdf

Ajol, une plateforme franco-anglaise sans filtre en français

Résumé

La plateforme publie 524 revues issues de 32 pays d’Afrique. 39 revues sont en français. Malgré ce contenu francophone, Ajol ne dispose pas un filtre pouvant repérer les revues en français. Pour y arriver, il faudrait d’abord reconnaitre ou repérer les pays francophones sur la liste à sa page, Une. De plus l’on remarque que la plateforme est unilingue.

    Visité par plus 200.000 personnes par mois, AJOL est une plateforme qui a été créée en 1998 à Oxford en Angleterre. Sa mission est de mettre à disposition du public en ligne une collection de publications des recherches académiques en provenance d’Afrique. D’importants domaines de recherche en Afrique (Biology & Life Sciences, Health, General Science, etc.) ne sont pas connus dans des publications de pays développés. Pour AJOL, Internet est un bon moyen d’augmenter l’accès à ses recherches afin de permettre aux chercheurs du monde entier. Le site de AJOL héberge 524 revues avec169 652 articles en texte intégral de 32 pays. De nos jours, son siège social se trouve en Afrique du Sud (Ajol, 2019). Deux types de frais d’accès qui permettent d’accéder aux articles non open access sont accordés aux chercheurs et aux étudiants d’une part, et un autre aux bibliothèques et cela en fonction du pays où la demande est émise.

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.25.59

Dans ce travail nous présentons les activités de Ajol. Notre démarche repose sur le protocole d’évaluation de The Charleston Advisor. il stipule que l’on que : «As a critical evaluation tool for Web-based electronic resources, The Charleston Advisor will use a rating system which will score each product based on four elements: content, searchability, price and contract options/ features» (The Charleston Advisor, 2019).

     AJOL est une plateforme hybride. De ses 524 revues, 262 sont en accès libre. Le système AJOL est entièrement basé sur des logiciels et des technologies Open Source en l’occurrence : Open Journal Systems developed de Public Knowledge Project (PKP) au Canada, Operating System, etc. AJOL n’accepte pas les publications des auteurs de façon individuelle. Il faut passer par une revue pour être publié (AJOL, 2017 (a)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.26.24

Options de tarification

    Les frais de publication proposés pour le téléchargement des chercheurs, des étudiants, etc. (AJOL, 2017 (e)). Ce sont :

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.26.54

     Pour les bibliothèques ont leurs frais qui sont différents de ceux des chercheurs (AJOL, 2017 (d)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.27.49

Aperçu du produit / Description

    Deux produits sont mis à la disposition à la disposition du public: des publications payantes et non payantes. AJOL publie 169 652 articles en texte intégral dont 110 502 sont en accès libre. Ces articles sont issus de 527 revues, dont 262 en accès libre (AJOL, 2017 (a)). 25 disciplines reparties.

Les disciplines contenues dans leurs publications les suivantes :

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.28.20

     L’on constate que 6 nouvelles revues (en gras dans le tableau ci-dessus) se sont ajoutées depuis 2017 au niveau des champs :

– des Sciences environnementales : 29

– de la Sociologie et de l’anthropologie : 42

– de la Technologie, de l’informatique et de l’ingénierie 30

– des Sciences générales : 87

– de l’Économie et du développement : 48

– Sciences humaines : 56

     Les champs de la santé (Health (167)) et de (General Science (87)) arrivent en tête du nombre des catégories de sujet et sont toutes évalués par les pairs (peer reviews). AJOL s’adresse spécifiquement aux chercheurs et aux bibliothèques. Selon les auteurs du site Web, AJOL a un PageRank Google de 8. Il est visité par 200 000 personnes par mois à travers le monde. L’onglet «Using AJOL» permet d’accéder la feuille de route qui indique le processus de recherche (AJOL, 2017 (b)).

Interface utilisateur / Navigation / Recherche

    La plateforme publie 524 revues issues de 32 pays d’Afrique. 39 revues sont en français. Malgré ce contenu francophone, Ajol ne dispose pas un filtre pouvant repérer les revues en français. Pour y arriver, il faudrait d’abord reconnaitre ou repérer les pays francophones sur la liste à sa page principale. De plus l’on remarque que la plateforme est unilingue.

    Une particularité est que son interface donne accès facilement aux produits. La fonctionnalité «Journal» donne directement accès aux différentes catégories de sujets qui sont traités. On peut les obtenir par pays sur une facette où tous les pays sont affichés. Et les facettes par pays permettent de spécifier sa recherche. Toutefois, les informations sur les auteurs et les rédacteurs de la plateforme sont inexistantes. Par exemple, l’on n’a pas les noms et l’organigramme de cette organisation à but non lucratif (The Charleston Advisor, 2019).

    Le site web de AJOL demande une inscription pour naviguer sans restrictions. Au niveau de la principale, 5 onglets permettent de se connecter. «Afriacn Journals Online (AJOL)» est fixé sur la page une. L’onglet «Journals» conduit à la liste des catégories de publication, «Advanced Search» ouvre sur un champ de recherche plus spécifique par facettes. «Using AJOL» permet de trouver des articles en accès libre de toutes les catégories de revues par titre, d’enregistrer le profile de votre revue et de donner une feuille de route pour les recherches. Il indique aussi la liste des frais que chercheurs et auteurs doivent payer. «Ressources» connecte les visiteurs sur d’autres revues hors de l’Afrique. Par ailleurs, une colonne à facette située à droite du site indique les catégories, par ordre alphabétique et par pays où l’on peut télécharger les articles (AJOL, 2017 (a)).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.28.58

Contenu

     Ajol a pour mission de valoriser et de diffuser les publications africaines. Dans ce sens, la plateforme remplit parfaitement ses objectifs. Elle diffuse 524 revues examinées par les pairs, dont plus de la moitié (306) avec des frais pour le téléchargement. Le reste est en accès libre. On remarque que la grande partie est en anglais (497). 39 revues en français. Bien que le contenu soit diversifié, les études sur les Sciences de l’Information et de la bibliothéconomie sont très restreintes (18 revues avec la Communication) par rapport aux sciences de la santé (167).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.29.45

Tarif

    Les revenus provenant des frais de téléchargement de l’article pour les revues d’abonnement sont envoyés au journal d’origine (moins le coût d’amortissement d’AJOL). Par contre toutes les revues en accès libre sont à la portée de tous. Les frais sont fixés en fonction des pays. Les pays pauvres payent moins que les plus riches. Les critères qui définissent ces pays sont basés sur les statistiques de la Banque Mondiale (The World Bank, 2017). Évidemment, les frais des bibliothèques sont plus élevés que ceux des chercheurs et cela en selon les pays.

     Par ailleurs, une des compétitions de AJOL est The Sabinet African ePublications (African Journal online archive). Son site publie 500 revues regroupant 64 catégories de sujets, dont 86, en Open Access. Il est créé depuis 2001. Cette plateforme a la particularité de ne pas publier son organigramme comme AJOL. Nous n’avons pas retrouvé ses frais de publication. Par contre, elle publie un grand nombre de revues de l’Afrique du Sud (The Sabinet African ePublications, 2017).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.32.21

        La bibliothèque numérique en ligne africaine (AODL) est un portail de collections multimédia sur l’Afrique. Les auteurs collaborent avec le Centre d’études africaines de l’Université d’État du Michigan, ainsi que des organisations du patrimoine culturel en Afrique pour construire cette ressource (AODL, 2019).

Capture d’écran 2019-10-30 à 13.32.37

Dispositions d’achat et de contrat

       Les revues qui choisissent de publier dans un modèle d’accès ouvert ont leur texte complet en ligne pour le téléchargement gratuit. Les bibliothèques peuvent ouvrir un compte de téléchargement d’articles prépayés avec AJOL pour accéder aux titres des partenaires qui facturent leur contenu. Cela permet aux utilisateurs d’obtenir plus facilement des articles en texte intégral auprès de AJOL. L’accès aux articles d’abonnement est effectué par un mot de passe ou par leur logiciel qui sélectionne automatiquement la gamme d’adresses IP au choix de l’établissement. Des indications expliquent qu’il n’y a pas de restriction de temps pour la remise des articles. Les comptes peuvent être complétés à tout moment. Pour vérifier la catégorie dans laquelle votre pays se trouve, il est demandé de se référer listes de pays de la Banque mondiale. L’adresse suivante : info@ajol.info permet aux revues de se faire créer une installation un compte.

Conclusion

        La plateforme AJOL est hybride, certains articles sont payants. Pour gérer le flux de clients, une souscription exige un «username» et un mot de passe pour la navigation sur le site. De plus, l’accession aux documents payants sont soit par abonnement ou directement. Ce qui filtre les visiteurs. Il y a un panier dans lequel tout souscripteur peut collectionner les articles qu’il souhaite acheter. Il n’y a pas d’options qui déterminent un groupe particulier avec des faveurs spécifiques.

Références

AJOL, (2017) (a). African Journals Online (AJOL)) (2017). http://www.ajol.info/                                              Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (b). African Journals Online: Browse by Category. http://www.ajol.info/index.php/index/browse/category Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (c). FAQ’s http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/FAQ#A1 Visité le 30/102019
AJOL (2017) (d). How Librarians can use AJOL. http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/LIBhowto . Visité le 30/102019
AJOL, (2017) (e). How Researchers can use AJOL http://www.ajol.info/index.php/ajol/pages/view/RESHowto Visité le 30/102019
The Sabinet African ePublications (2017). http://journals.co.za/. Visité le 30/102019
The African Online Digital Library (AODL) (2017). http://www.aodl.org/ Visité le 30/102019
The Charleston Advisor, (2017) About TCA. http://www.charlestonco.com/index.php?do=About+TCA Visité le 30/102019
The World Bank (2017) Data and Statistics. http://econ.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/DATASTATISTICS/0,,contentMDK:20421402~menuPK:64133156~pagePK:64133150~piPK:64133175~theSitePK:239419,00.htmlVisité Visité le 30/102019

Arima, an African journal in HAL archives

Original:

Kakou, T.L. (2019). Arima, une revue africaine dans Hal archives. Soutenir les savoirs communs. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/23/arima-une-revue-africaine-dans-hal-archives/

English synopsis by Heather Morrison

Correction Oct. 24: the original synopsis incorrectly stated that HAL is an open archive in Social Sciences. HAL is an open archive for research across the disciplines.

African journals seek to create a space for themselves by disseminating their journals through online platforms and archives. There are multiple possibilities for preservation and publishing on line. One of these is electronic archiving. In this research post Kakou presents the HAL archive and explores the representation of African document. Developed and administered by the Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD), the platform HAL is an open archive for research across the disciplines. In this post, Kakou presents an overview of the services offered by HAL, including  Episciences.org and Sciencesconf.org. Episciences.org offers journal publishing within the archive and supports the innovative peer-review overlay approach to journal publishing. Arima, a journal that has been supported by the North-South coalition Colloque africain pour la Recherche en Informatique et mathématiques appliquées (CARI) for twenty years, is among the 15 Episciences journals. This is « our » platform too ; Morrison’s 2018 ELPUB OA APC survey can be found in Episciences.

OpenEdition and French language African scholarly journals

Original:

Kakou, T.L. (2019).  OpenEdition et les revues savantes d’Afrique. Soutenir les savoirs commun. https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/23/openedition-et-les-revues-savantes-dafrique/

English synopsis by Heather Morrison

OpenEdition (formerly Revues.org) publishes 21 African journals. Only one of these journals is published in an African country (Kenya). In this post Kakou illustrates a gap in dissemination of African scholarship, particularly francophone African scholarship. For example, of the 524 journals included in African Journals Online (AJOL), 465 (89%) are published in English speaking countries and only 39 (7%) in French speaking countries. Only 12 of the 24 African countries where French is an official or co-official languages are represented in AJOL. This research illustrates the African and particularly Francophone African knowledge gap that is the focus of Kakou’s doctoral research.

OpenEdition et les revues savantes d’Afrique

Parmi les revues que OpenEdition publie, 21 revues sont africaines. Elles sont localisées dans 5 pays. Seul un pays africain (Kenya) y figure. Ce sont : Nederland (1), Portugal (2), Kenya (1), France (17), Italie (1).

Les universités africaines adoptent les stratégies à suivre pour se développer au numérique. Selon Murray et Clobridge (2014), de plus en plus de revues en ligne sont diffusées sur les plateformes africaines telles AJOL, Sabinet, etc. La plateforme AJOL (African journals online) par exemple, se veut promotrice de la revue africaine en général. Cependant, l’on dénombre sur ce site, 39 revues en français (7%) sur 524 (Ajol, 2019). Ces revues sont reparties entre 12 états sur 24 (voir tableaux ci-dessous) dont le français est une langue officielle ou co-officielle (Université Laval, 2019).

Tableau 1 : Liste en % des pays cités dans Ajol

Liste des pays -Ajol

Tableau 2 : Liste des pays et nombre de revues en % des pays existants et non-existants sur Ajol

Pays cités ou non sur Ajol

18 états anglophones détiennent la majorité absolue des revues avec 465 revues. D’autres pays (arabes (19), portugais (1)) se partage 20 revues. Voir Tableau.

Tableau 3 : Nombre de revues par pays en %

Revue par pays

Tableau 4 : Nombre de revues par pays en %

NBRE de revues:pays

Objectif

Notre objectif est de répertorier les revues africaines sur le Web et principalement sur les plateformes. Dans cette recherche, nous avons sélectionné la plateforme OpenEdition pour connaître les types de publications de revues africaines. Dans un premier temps, nous présentons la plateforme OpenEdition. Dans un deuxième temps, nous indiquons le nombre de documents qui y sont diffusés.

Les quatre plateformes d’OpenEdition

Au sortir de l’analyse de la plateforme Revues.org, nous observons que celle-ci devient: OpenEdition depuis 2017 pour renforcer sa dimension internationale. Elle publie quatre plateformes de publication et d’information sur les sciences humaines et sociales: OpenEdition Journals (les revues), OpenEdition Books (les collections de livres), Hypothèses (les carnets de recherche) et Calenda (les annonces d’événements académiques internationaux) (OpenEdition 1, 2019).

OpenEdition accueille 522 revues sur son portail. Environ plus de 200 000 articles, dont 92% sont accès libre (OpenEdition 2, 2019). Sur la plateforme OpenEdition Books, l’on dénombre près de 7 960 livres en sciences humaines et sociales provenant de 90 éditeurs. L’accès aux ouvrages se fait sur l’espace personnel de chaque éditeur. Ils sont librement accessibles en HTML, et imprimables (OpenEdition 3, 2109).

Quant à Hypothèses, 3 103 carnets de recherches sont recensés sous différents types et tous en accès libre. Ce sont : carnet de chercheur, carnet de terrain, carnet de séminaire, carnet de veille, etc. (OpenEdition 4, 2019).

Enfin, Calenda est le calendrier d’annonces scientifiques en sciences humaines et sociales. Il regroupe, plus de 42 619 annonces en libre accès. De plus, Calenda publie dans les actes de colloque, les programmes complets de journées d’études et de séminaires, les cycles de conférences, les appels à contributions en vue de colloques, etc. (OpenEdition 5, 2019). Voir tableau

Tableau 5 : Les 4 plateformes de OpenEdition en nombre d’articles et en %

4 plateformes

OPenEdition offre aux bibliothèques la possibilité de choisir une politique d’acquisition dans la logique de développement du libre accès. Aucun quota de téléchargement ne s’applique à cet accès (OpenEdition 6, 2019). OpenEdition publie 274 581 en accès libre. 17 748 articles sont payant et 4219 articles sous embargo. «L’abonnement donne accès aux fichiers PDF et ePub de manière pérenne» (OpenEdition 6, 2019). Voir tableau

Tableau 6 et 7 : APC dans OpenEdition en nombre d’articles et en %
Fig:6

APC

APC openEdition

Fig:7

Conclusion

OpenEdition publie 4 plateformes (Revues, livres, Hypothèses Calanda) soit un total de 253 682 publications. Les revues représentent 200 000 soit 79%. 274 581 (92%) sur 296 548 articles sont disponibles en accès libre. Parmi ces revues OpenEdition diffuse 21 revues africaines. Seul un pays africain y figure: le Kenya. Nous avons observé que OpenEdition est le nouveau nom de Revue.org.

Bibliographie
African journals online, 2018, https://www.ajol.info/ Visité le 13-10-2019
Murray, S. et Clobridge, A. (2014). The Current State of Scholarly Journal Publishing in Africa Findings & Analysis September 2014.
OpenEdition 3, Books, 2109, http://books.openedition.org Visité le 13-10-2019
OpenEdition 5, Calanda, 2019, http://calenda.org Visité le 13-10-2019
OpenEdition 4, Hypothèse, 2019) http://hypotheses.org Visité le 13-10-2019
OpenEdition1, Informations Journal, 2019,https://journals.openedition.org/10580 Visité le 13-10-2019
OpenEdition 2, Les services d’OpenEdition 2019, https://www.openedition.org/10918 Visité le 13-10-2019
OpenEdition 6, Services, 2019, https://journals.openedition.org/10179 Visité le 13-10-2019
Université Laval, 2019, Les États où le français est langue officielle ou co-officielle
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/francophonie_tableau1.htm Visité le 13-10-2019

Arima, une revue africaine dans Hal archives

Résumé

Nous présentons dans cette recherche :Hal archives. Hal est une plateforme d’archives ouvertes. Elle conserve des revues sur sa plateforme Episciences.org sur laquelle l’on trouve une revue africaine Arima. Hal anime sur une seconde plateforme: Sciencesconf.org  le programme des organisateurs de colloques ou réunions scientifiques.

Les revues africaines cherchent à se faire une place par la diffusion de leur journal sur les plateformes et les archives en ligne. Les possibilités de conserver et de publier en ligne sont multiples. L’une d’elles est l’archivage électronique. Dans cette recherche nous présentons Hal archive. Quelle est la représentativité des documents africains dans cette plateforme ? Développée et administrée par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD), la plateforme HAL est une archive ouverte en Sciences de l’Homme et de la Société. Le CCSD entend diffuser et valoriser des publications et des données scientifiques en fournissant des outils pour l’archivage en ligne (CCSD 2, 2019). Dans ce travail, dans un premier temps, nous définissons deux termes épi-comité, épi-revues qui peuvent aider à la compréhension des termes utilisés pour indiquer certains produits. Dans deuxième temps, nous présentons Hal archive et les plateformes qu’elle publie.

Définition

Epi-revue :

Epi-revue est une revue électronique en libre accès. Elle est composée d’articles soumis via un dépôt dans une archive ouverte telle que HAL ou arXiv.

Epi-comité :

Epi-comité désigne le comité scientifique d’experts reconnus dans leur discipline. Les scientifiques sont chargés de stimuler la création des comités de rédaction pour l’organisation de nouvelles épi-revues et de veiller à la qualité de leurs contenus (Episciences 1, 2019).

Activité de Hal archive : Episciences.org – Sciencesconf.org

Hal publie 2 principales plateformes : Episciences.org et Sciencesconf.org. Elle conserve actuellement 9 300 revues, 8 151 images, 3 421 de thèse et 3 103 Chapitre d’ouvrages. En tout 23 975 documents, dont 5 661 (24%) ont été déposés en 2018. Le nombre de 600 000 documents est dépassé depuis sa création. 11 529 de ces dépôts concernent des documents publiés en 2019 parmi lesquels 5 278 sont des articles (CCSD 2, 2019).

A travers ces deux plateformes, Hal conserve et publie 15 revues dont une Africaine : ARIMA. La revue Arima est créée des suites d’une collaboration scientifique Nord/Sud menée depuis plus d’une vingtaine d’années. L’initiative est arrivée au cours des activités de CARI (Colloque africain pour la Recherche en Informatique et mathématiques appliquées). Arima permet de publier les résultats de recherche issus de ces coopérations. Le domaine scientifique recouvre tous les sujets de recherche de l’informatique et des mathématiques appliquées (Hal, 2019). Que sont les plateformes Episciences.org et Sciencesconf.org ?

Episciences.org

Episciences.org héberge des revues en Open Access (épi-revues) et permet la soumission des articles par un dépôt dans une archive ouverte (Episciences 2, 2019). Episciences.org diffuse une bibliothèque numérique ELPUB (ELectronic PUBlishing). Elpub présente les résultats de recherches sur différents aspects de l’édition numérique sur le plan culturel, économique, social, technologique, juridique, etc. ces résultats impliquent une communauté internationale diversifiée de chercheurs œuvrant, entre autres, dans les domaines des sciences et des sciences humaines et sociales, des bibliothécaires, des éditeurs (ELPUB, 2019).

D’ailleurs, l’on trouve une publication intitulée : Global OA APCs (APC) 2010–2017: Major Trends (Morrison, 2019) de Heather Morrison, chercheuse principale de Sustaining knowledge common. Cette diversité d’acteurs montre la diversité des contributions pour Hal archive.

Cette possibilité de faire des dépôts dans Episciences.org est une avancée majeure des publications en français par rapport aux plateformes en anglais qui sont récentes. Kathleen Shearer, al. (2019) présentent dans une récente l’approche Pubfair. En matière de communication scientifique, l’approche facilite le partage et la collaboration en ligne, tout en favorisant la transparence et la confiance dans les résultats de la recherche diffusés par le biais des services.

Pubfair est un cadre de publication ouvert qui permet la soumission, l’évaluation et à l’accès à une variété de résultats de recherche. Elle permet également aux utilisateurs de créer des canaux de diffusion pour divers groupes de parties prenantes (Kathleen Shearer, al., 2019, 6). Pour Heather Morrison, le cadre Pubfair est un excellent début pour une profonde transformation nécessaire dans la manière dont les universitaires travaillent ensemble et diffusent la recherche. C’est le type d’approche le plus susceptible de générer des économies importantes en fonction des dépenses actuelles consacrées à l’édition savante.

Sciencesconf.org.

Sciencesconf.org est une plateforme Web qui s’adresse aux organisateurs de colloques, ou réunions scientifiques. Elle facilite les différentes étapes du déroulement des conférences depuis la réception des communications jusqu’à l’édition des actes en passant par la relecture et la programmation des thématiques (Episciences 2, (2019).

Tableau 1 : Principaux types de documents

Hal archives 1

Tableau 2 : Principaux types de documents

Arima

Conclusion

Hal est une archive ouverte qui conserve des documents d’images, de revues, de thèse, etc. Elle facilite l’organisation de conférences scientifiques. Une revue africaine (Arima) y figure parmi une quinzaine de revues.

Bibliographie
Arima, (2019). Présentation – Revue africaine de la recherche en informatique et mathématiques appliquées. https://arima.episciences.org/
Centre pour la Communication Scientifique Directe, 2019 -2, Dépôts dans HAL : 600 000 ! https://www.ccsd.cnrs.fr/2019/07/depots-dans-hal-600-000/
Centre pour la Communication Scientifique Directe, 2019-1, Epi-revues
https://www.ccsd.cnrs.fr/epi-revues/
ELPUB, (2019). ELPUB Digital Library. https://elpub.architexturez.net/
Episciences 1, (2019) Documentation. À propos. https://doc.episciences.org/a-propos/
Episciences 2, (2019). Plateforme de gestion de congrès scientifiques.
https://www.sciencesconf.org/
Hal, (2019). Archive ouverte en Sciences de l’Homme et de la Société. https://halshs.archives-ouvertes.fr/
Morrison, H. (2019). Global OA APCs (APC) 2010–2017: Major Trends
https://elpub.architexturez.net/
Morrison, H. (2019). Peer review of Pubfair framework.
https://wordpress.com/view/sustainingknowledgecommons.org
Shearer, K., Ross-Hellauer, T., Fecher, B., et Eloy, R. (2019). Pubfair A Framework for
Sustainable, Distributed, Open Science Publishing Services.
https://comments.coar-repositories.org/wp-content/uploads/2019/09/Pubfair_-A-Framework-for-Sustainable-Distributed-Open-Science-Publishing-Services.pdf

Finding: Article processing charges (APCs) decreased in ANSInet

According to the Asian Network for Scientific Information (ANSInet) website, the article processing charges (APCs) for almost all the listed journals dropped from 625 USD in 2018 to 325 USD in 2019 which is 48 percent decrease. Only the ‘International Journal of Pharmacology’ dropped from 1000 USD to 625 USD, about a 38 percent decrease. On the contrary, two journals experienced a slight increase for their article processing charges (APCs) from 250 USD to 275 USD. This is good news for authors who do not have enough funding but try to publish through Asian Network for Scientific Information (ANSInet). From the journal number perspective, 3 new journals have been added in the Asian Network for Scientific Information (ANSInet).

ANSInet is included in our study as this publisher was formerly in DOAJ. ANSInet no longer listed in DOAJ now; we do not know whether this publisher did not complete the re-application process or if ANSInet applied and was not accepted.

citation: Shi A. (2019). Finding: Article processing charges (APCs) decreased in ANSInet. Sustaining the Knowledge Commons 
commons: https://sustainingknowledgecommons.org/2019/10/16/finding-article-processing-charges-apcs-decreased-in-ansinet/